Stocker son terreau de manière optimale

Le stockage du terreau

Découvrez où et comment stocker votre terreau.

Bien conserver son terreau pour un usage ultérieur

Vous avez fini vos plantations et il vous reste du terreau? Pas de panique! Vous pouvez le stocker pour vous en servir ultérieurement. Lorsque l'on s'occupe des plantations du jardin, que l'on remplit un potager surélevé ou une balconnière, on utilise rarement l'intégralité de son terreau. Au lieu de jeter les restes, vous pouvez les stocker et ainsi avoir de la réserve pour vos futures plantations ou pour une fertilisation d'entretien. Ce qui est important, c'est de protéger le terreau des agressions extérieures, sans quoi il perdra en qualité. Des nuisibles pourraient également s'y réfugier. Découvrez ici comment stocker correctement votre terreau. 

Sommaire

"Terreau correctement stocké" rime avec "qualités préservées"!

Vous avez terminé votre travail de fertilisation ou de plantation printanier et il vous reste du terreau? Bonne nouvelle, vous pouvez le conserver pour un usage ultérieur. Pas besoin de tout utiliser d'un seul coup! D'ailleurs, étant donné que l'humus a une teneur élevée en éléments nutritifs, mieux vaut l'utiliser bien dosé et avec parcimonie. Vous aurez ainsi des réserves d'humus lorsqu'il vous faudra apporter de l'engrais durant la période de croissance principale.

Afin de préserver les qualités du substrat, il est impératif de le stocker comme il se doit. Laisser un terreau sans emballage et sans abri à l'air libre n'est pas une bonne idée. En effet, la pluie lessive les sols, entraînant ainsi la disparition rapide des nutriments. De plus, l'humidité modifie l'acidité du terreau et certaines espèces de plantes ne poussent bien que dans un substrat avec un pH précis. Il existe par ailleurs un risque de contamination: des graines de mauvaises herbes pourraient par exemple atterrir dans la terre. Puisque leurs germes viendraient puiser dans les réserves nutritives du substrat, il faudrait les éliminer: une tâche fastidieuse s'il en est. Un amas de terre non protégé ou un sac laissé ouvert constituent un abri idéal pour tout un tas de nuisibles. Les campagnols, notamment, adorent venir s'y nicher. Il peut être plus difficile de venir à bout des mouches et sciarides... Une fois que vous serez parvenu à déloger les petits habitants, il ne vous restera plus qu'à jeter la terre pour éviter la multiplication des insectes.

Conservation du terreau à fleurs: quelle durée de stockage?

Tous les terreaux ne se valent pas, car leur composition peut être très variable. De plus, il est difficile de jouer sur certaines conditions de stockage. Il n'existe donc pas de règle d'or universelle pour préserver son terreau le plus longtemps possible. Le fait est qu'il vaut mieux privilégier une terre qui soit la plus jeune possible, tout en sachant qu'elle perdra en qualités nutritionnelles avec le temps. Ceci dit, cela ne signifie pas pour autant qu'il ne faut pas stocker de terreau. Bien souvent, la terre peut être revalorisée grâce à l'ajout d'humus et d'engrais. Si l'on peut stocker du terreau jusqu'à 6 mois sans aucun problème, cette période ne devrait toutefois pas s'étendre à plusieurs années.

Les conditions d'utilisation d'un terreau dépendent notamment des besoins nutritifs de la plante concernée. Les jardiniers en distinguent trois types: les plantes qui ont des besoins importants et qui nécessitent donc un substrat riche, les plantes qui ont des besoins moyens et dont l'apport nutritionnel doit être modéré, et les plantes qui ont des besoins faibles. Ces dernières sont capables de pousser sur des sols même appauvris.

Il existe par ailleurs des terreaux spécifiquement adaptés à certains types de fleurs et de légumes. Le terreau universel est composé de matières organiques recyclées, de tourbe, de calcaire, d'engrais et autres additifs auxquels on ajoute aussi souvent des écorces broyées ainsi que des fibres de bois. Plus la teneur en débris végétaux est élevée, et plus le risque de voir se former de la moisissure au contact de l'humidité augmente. Les substrats spécialement conçus pour les cactées et les plantes grasses ne doivent pas non plus prendre l'humidité. Comme ils sont secs et pauvres en nutriments, ils se conservent plus longtemps. En ce qui concerne les terreaux pour jeunes plants et semis, il n'est pas gênant qu'ils perdent un peu de leur teneur en éléments nutritifs au fil du temps: les germes et bulbes de fleurs fraîchement plantés ont de faibles besoins. En revanche, il faut éviter que la terre ne s'agglomère de trop, car les racines fragiles des jeunes plants se plaisent mieux dans une terre fine. Les substrats conçus pour un type de plante en particulier donnent plus de fil à retordre. Par exemple, les rhododendrons et les azalées aiment les sols acides. Le terreau qui leur est dédié a donc un faible pH. Malheureusement, celui-ci a tendance à être neutralisé par le stockage; il est donc conseillé d'utiliser rapidement ce type de terreau. Concernant le terreau pour orchidées, ce sont moins les qualités nutritives que les constituants qui posent problème: en se décomposant, l'écorce, les fibres de bois et autres débris végétaux viennent durablement enrichir le mélange. De plus, les débris végétaux moisissent très vite et rendent le substrat inutilisable.

Si vous avez de la vieille terre, il n'est pas utile de vous en débarrasser. Vous pouvez parfaitement la recycler dans un silo à compost. L'idée: venir y ajouter des déchets de cuisine et de jardin, qui apporteront plein de nouveaux nutriments au substrat appauvri.

Comment stocker du terreau à fleurs?

Pour conserver du terreau à fleurs comme il se doit et ainsi le protéger des agressions extérieures, il convient de respecter quelques points. Ne constituez en aucun cas un gros amas de terre; celui-ci risquerait d'être envahi par des nuisibles. De plus, le taux d'azote contenu dans la terre s'en trouverait considérablement réduit. Le mieux est de conserver le substrat dans son emballage d'origine et, si le sac est déjà ouvert, de bien le refermer, par exemple à l'aide de pinces. Ceci protégera votre terre non seulement des insectes, mais aussi des graines de mauvaises herbes.

Stocker, c'est bien, mais stocker de façon optimale, c'est mieux! Voici quelques autres règles qui pourraient vous être utiles. N'exposez pas la terre à de très grandes chaleurs ni à de fortes variations de température. Cela favoriserait la formation de moisissures et la décomposition rapide de l'engrais azoté. En revanche, le terreau n'est pas sensible au gel.

Lorsque le terreau est resté longtemps stocké, lui redonner un coup de fouet n'est pas un luxe. Pour ce faire, vérifiez tout d'abord que des mouches, des fourmis ou autres nuisibles n'y ont pas élu domicile et éliminez les mauvaises herbes. Si la terre est desséchée, humidifiez-la. Au contraire, faites sécher un terreau pour cactées un peu humide au soleil avant de l'utiliser.

Si vous souhaitez planter des légumes ou des fleurs qui ont des besoins nutritifs élevés, il est conseillé d'enrichir la terre en nutriments à l'aide d'un engrais liquide minéral, mais veillez à bien le doser. En effet, un apport d'engrais trop élevé surcharge la terre de sel: le tissu des plantes devient alors spongieux et elles sont plus vulnérables aux attaques de nuisibles et aux maladies fongiques. Pour une fertilisation d'entretien, privilégiez le compost et les copeaux de corne, qui sont mieux adaptés. Nous conseillons de mélanger l'humus frais avec 2/3 de terreau à fleurs et 1/3 de compost. Si votre terreau a été stocké très longtemps, vous pouvez également y ajouter des copeaux de corne. Ils ne libèrent des nutriments qu'en se décomposant, ce qui permet un bon équilibre.

Lorsque la terre est stockée longtemps, y compris durant l'hiver, elle a tendance à s'agglomérer. Il est alors conseillé de l'aérer à l'aide d'un râteau pour améliorer sa capacité d'absorption de l'eau et de l'oxygène. 

Où stocker du terreau pour plantes?

La terre doit être conservée dans un endroit frais et sec. Elle devra quoi qu'il en soit être mise sous abri afin d'être protégée de la pluie. Vous pouvez également l'abriter sous un châssis pour la protéger du gel. Attention toutefois: vous ne pourrez pas conserver la terre dans les mêmes conditions en été! L'idéal est donc une cave non chauffée, un abri de jardin ou encore, en hiver, une serre. Votre terre est ainsi protégée des intempéries, mais également des nuisibles. Caisses et armoires de jardin font également très bien l'affaire. 

Votre désinscription a bien été prise en compte.